L'Italie dans tous ses états !

Manifestations

Un des objectifs de l'association est d'organiser ou de participer à la mise en place de manifestions culturelles.

 



Année 2017/18



 


1 décembre, ciné-concert avec le chanteur Giacomo Lariccia, en collaboration avec
le cinéma Utopia, les associations Ital’ici et Nessun Dorma. 


Tous les détails de la manifestation prochainement.

 



Année 2016/17



 

 


Conférence de Maria Teresa Iannelli, archéologue : "Méditerranée et identité occidentale, entre passé et présent", en collaboration avec le Musée d'Aquitaine, 22 mars, 18h.


Cette conférence propose de définir le rôle de la mer Méditerranée, comme carrefour de peuples, depuis l’Antiquité (II millénaire av. J.-C.), à travers les témoignages archéologiques de la Magne Grèce en général et de la Calabre en particulier ; en passant par l’époque romaine, jusqu’à l’âge moderne et contemporain, quand la même mer devient lieu d’affrontements de civilisations. L’archéologue démontrera de façon concrète que le passé, à travers les vicissitudes historiques et archéologiques de la Méditerranée, offre une clef de lecture du présent; les migrations de peuples qui nous inquiètent tant aujourd’hui sont un phénomène que la Méditerranée a facilité dans le passé. Il suffit de penser à la colonisation grecque de l’Occident à laquelle les peuples de la Méditerranée font référence pour expliquer leurs origines identitaires. Les colons de l’orient grec qui fuyaient leur patrie, étaient poussés par les mêmes raisons qui font fuir les migrants d’aujourd’hui.

Professeur d’archéologie classique à l’université de Reggio Calabre et d’archéologie médiévale à l’université de la Calabre, madame Iannelli a écrit de nombreux articles d’archéologie. Elle est aussi directrice du musée archéologique de Vibo Valentia (en Calabre) et des musées archéologiques de l’antique Kaulon et de l’antique Medma. Madame Iannelli a organisé et dirigé des fouilles et des recherches archéologiques en Calabre en collaboration avec des villes italiennes et étrangère (Pise, Roma, Terragona, Paris, Bahia Blanca). Depuis 2014 elle fait partie du comité scientifique de L’Institut de la Bibliothèque Calabraise de Soriano. Depuis juillet 2015, madame Iannelli est responsable des Biens Culturels et du Pole Muséal Communal de la ville de Soriano (en Calabre).

 

 


Présentation du livre "Dentro" de Sandro Bonvissuto, 25 novembre, 18h15, à la médiathèque de Talence, en partenariat avec Lettres du Monde et en présence de l'auteur.


 

Sandro Bonvissuto est né en 1970 et vit à Rome. Il travaille comme serveur et a un diplôme de philosophie. Il a publié plusieurs nouvelles Dedans est son premier roman. Il a obtenu le Premio Chiara en 2013 (source Ed. Métailié)

"Un libro con una qualità di sofferenza tutta sua, dove sia la solitudine che l'amicizia più consolante mostrano, pur nella loro semplicità, profondità d'abisso" (Michela Murgia).

Le podcast de la rencontre qui a eu lieu le lendemain à la librairie Mollat.

 


Présentation du livre "Comme si j'étais seul" de Marco Magini, 1er décembre à 18h, à la librairie Georges de Talence, en présence de l'auteur.


 

 

 

 


Manifestation "La liberté d'être femme", les 11 octobre et 12 octobre.


Dacia Maraini et Maria Giustina Laurenzi ensemble pour nous parler de femmes, chacune avec sa sensibilité et son expérience. Engagées depuis des années pour la défense des droits des femmes, elles ont fait de leurs professions un vrai cheval de bataille.

Maria Giustina Laurenzi est diplomée en lettres modernes et a été assistante en histoire du théâtre et du spectacle à l'Université de Salerne. En 1977 elle a créé et dirigé le groupe de théâtre TEATRA. Dans les années quatre-vingt elle a commencé à travailler comme metteur en scène à la RAI et réalisé la mise en scène de beaucoup de textes de Dacia Maraini. Maria Giustina s'est occupée non seulement des droits des femmes, mais aussi du territoire italien, en particulier celui de sa région, la Campanie et celui de sa ville, Salerne.

Dacia Maraini est une écrivaine hors du comun dont les écrits qui vont du théâtre à la poésie et au roman ont été traduits dans le monde entier. Sa vie a été intense et profondement marquée, au cours de l'enfance, par l'enfermement dans un camp de concentration au Japon, pays où son père, Fosco Maraini, fameux antropologue, y avait emmené toute la famille. Avec sensibilité mais aussi avec beaucoup de fermeté et détérmination, Dacia Maraini s'est toujours occupée de sujets brulants liés à la mafia et à l'illégalité, mais surtout elle a defendu les plus faibles - les femmes et les enfants - victimes de violences sociales et domestiques.

Une amitié qui les a emmenées à parcourir ensemble l'Italie et d'autres pays.

  

 

Le 11 octobre à 18h, en partenariat avec la médiathèque de Talence. Projection du documentaire sous-titré en français "Notes sur une histoire de la littérature italienne au féminin" en présence de la réalisatrice Maria Giustina Laurenzi.

Puis l'écrivaine Dacia Maraini présentera ses livres "La longue vie de Mariana Ucria" et "Chiara d'Assisi. Elogio della disobbedienza".

 
 
Le 12 octobre à 15h, une rencontre entre des Lycéens des classes d'Italien de Mme Perreault et Dacia Maraini et Maria Giustina Laurenzi est organisée au Lycée Magendie de Bordeaux.
 
 
 
Le 12 octobre à 20h, à la Maison Cantonale de Bordeaux, représentation en italien de la pièce de théâtre "Due donne di provincia" di Dacia Maraini interpretée par Marisa Seguin et Fabienne Bibonne de la compagnie Batticuore. Dacia Maraini et Maria Giustina Laurenzi assisteront à la représenation.

Dans cette pièce théâtre, Valeria et Magda sont deux femmes au foyer, deux amies qui se rencontrent après plusieurs années de séparation. Leur dialogue, fait presque exclusivement de monologues comme si chacune se racontait à soi-même, définit toujours plus « l’histoire d’une amitié nettoyée à l’eau de javel, une tendresse raclée avec une éponge en acier, une sensualité frottée avec le savon au citron. Une histoire toute féminine… »

C’est la mise en scène d’une forte complicité entre deux femmes libres, pour une fois, de leurs rôles d’épouses et de mères, un dialogue très serré où, sous l’apparence d’un jeu, émergent les souvenirs, les confiances, les angoisses et les rêves des protagonistes, Magda et Valeria. En s’aidant d’une bouteille de whisky, les deux amies parlent de leurs vies, de leurs familles, de la préparation des repas du dimanche, de leurs maris, de leur vie sexuelle, de leurs rôles de mères et des enfants. Le texte de Dacia Marini est dense, magmatique, caustique et s’appuie sur une représentation corrosive de la femme montrée sous toutes les facettes du rôle ingrat de femme au foyer. C’est en particulier Valeria, plus décomplexée et délurée, qui reproche à Magda son adhésion inconditionnelle au rôle d’épouse et de mère de famille bourgeoise, trop sacrifiée. « Tu es mieux que cela, tu t’humilies » lui dit-elle à un certain moment, la définissant ensuite « soldat du devoir féminin ». Dans la conversation serrée, qui souvent se transforme en deux dialogues parallèles, sont souvent évoqués les ustensiles de cuisine et du ménage pour souligner les taches fixes des femmes auxquelles les femmes doivent se tenir depuis des siècles. Le climat joyeux du début laisse place à des moments d’authentique rage pour se terminer en une sorte de délire verbal. La rencontre intense et libératrice se termine comme elle avait commencé. Les deux femmes se quittent pour retourner, chacune, aux habitudes de leurs existences.

 
 

 

 



Année 2015/16



 


Rencontre avec l'écrivain Giuseppe Lupo, auteur de "L’albero di stanze", jeudi 26 mai, 19h, à l'athénée municipal de Bordeaux.


Giuseppe Lupo, né en Basilicate, enseigne la littérature italienne contemporaine à l’Université La Cattolica de Milan et de Brescia. 
Pour la maison d’édition Marsilio, il a publié en 2000 « L’americano di Celenne » (Prix Giuseppe Berto, Prix Mondello opera prima, Prix du premier roman), « Ballo ad Agropinto » en 2004, « La caravane Zanardelli en 2008 (Prix Carlo Levi), « L’ultima sposa di Palmira » en 2011 (Prix Campiello-Selezione giuria dei letterati, Prix Vittorini), « Viaggiatori di nuvole » en 2013 (Prix Giuseppe Dessi) et « Atlante immaginario » en 2014. Il a écrit de nombreux essais et collabore aux pages culturelles du « Sole 24 ore » et de « Avvenire ».

 

Madame Florence Courriol, professeur de langue et littérature italiennes à l’université d’Avignon, animera la rencontre.

 


Journées du cinéma italien, "L’Intime et le Politique", du 20 au 22 mai, en collaboration avec le cinéma Gaumont de Talence.


L’association Notre Italie et le cinéma Gaumont de Talence vous invitent à voir ou revoir des chefs d’œuvre du cinéma italien dans le cadre du festival « L’Intime et le Politique » les vendredi 20 mai, samedi 21 mai et dimanche 22 mai.

 

  • Avant chaque séance, présentation des films par Monique Moulia (professeur de lettres ; cinéphile ; cours de cinéma à l’université populaire des Hauts-de-Garonne et au cinéma Jean Eustache)
  • Après chaque séance, sauf le vendredi soir, analyse des films avec Christian Malaurie, écrivain, anthropologue, enseignant-chercheur à Bordeaux-Montaigne.
 


Vendredi 20 mai à 20h00 - Le guépard

Présentation du festival par Stefania Graziano, présidente de l’association Notre Italie et Monique Moulia qui introduira le film

Projection du film « Le Guépard » de Luchino Visconti (1963), magnifique version restaurée [3h05]

>> Chef d'oeuvre de VISCONTI, LE GUEPARD - 1963 - (adaptation du roman de G. Tomasi di Lampedusa) est une fresque somptueuse qui croise l'Intime et Le Politique à travers l'histoire du Prince Salina (Burt Lancaster)et de sa famille confrontés aux tumultes de l'Histoire et à l'inéluctable déclin de leur classe sociale...
>> Profondeur mélancolique de la réflexion sur l'Histoire... Représentation magistrale des années 1860-1862 du Risorgimento, de l'aventure garibaldienne et de son échec... Magnificence des paysages , des décors et des lumières... Ampleur et fluidité du rythme majestueux du film... Direction d'acteurs exceptionnelle... Tout l'art de VISCONTI est convoqué pour atteindre une perfection et une puissances rares au cinéma.

Samedi 21 mai à 14h30 - Vincere

Présentation du film « Vincere » de Marco Bellocchio (2009)

Projection du film [2h08], analyse par Christian Malaurie et échange avec le public.

>> VINCERE - 2009 - MARCO BELLOCHIO. L'itinéraire d'Ida Dalser ( Giovanna Mezzogiorno) ,la maîtresse de Mussolini, reniée par le Duce, enfermée et persécutée par le régime fasciste, mais opposant à cette violence l'inflexible résistance de la passion...
>> Une réflexion sur le Pouvoir à travers le portrait d'une femme que l'exigence d'amour, de justice et de vérité rendent "invincible". Un film magistral, dense et fiévreux, lyrique et opératique, d'une grande audace formelle.

Samedi 21 mai à 17h30 - Le Conformiste

Présentation du film « Le Conformiste » de Bernardo Bertolucci (1970)

Projection du film [1h50], analyse par Christian Malaurie et échange avec le public.

>> LE CONFORMISTE - 1970 - BERTOLUCCI (adaptation du roman de Moravia). Le film explore le monstrueux désir de normalité et d'ordre qui pousse Marcello (J. L. Trintignant), un jeune bourgeois intelligent, à adhérer au fascisme mussolinien et à sa criminalité...
>> Mise en scène virtuose et troublante du cauchemar historique des années 30 à travers une dramaturgie d'une beauté formelle fascinante et vénéneuse, habitée par une ironie incisive.

Dimanche 22 mai à 10h30 - Buongiorno Notte

Présentation du film « Buongiorno notte » de Marco Bellocchio (2004).

Projection du film [1h46], analyse par Christian Malaurie et échange avec le public.

>> BUONGIORNO NOTTE - 2003 - BELLOCHIO. Récit fictionnel  de  l'épisode le plus tragique des années de plomb en Italie : la séquestration et l'exécution d'Aldo Moro par un commando des Brigades Rouges(16 mars - 9 mai 1978) dans une mise en scène libre et forte.
>> 25 ans après les événements, un regard singulier et dérangeant sur la violence politique et l'implication individuelle dans le terrorisme, vu de l'intérieur et du point de vue d'une jeune femme, Chiara (Maya Sansa), membre du groupe qui séquestre Aldo Moro... Une exploration cinématographique troublante des relations complexes entre vie intime et adhésion à une action politique radicale.


Ces quatre films mettent magistralement en scène l’articulation entre histoire individuelle et histoire collective et explorent le rapport complexe des individus avec le Pouvoir, avec les crises et bouleversement politiques dont ils sont les protagonistes - qu’ils en soient les témoins, les victimes ou les acteurs. Du Risorgimento des années 1860 à la période fasciste des années 1920-40 et jusqu’ aux années de plomb avec l’enlèvement et l’assassinat de Aldo Moro en 1978, les film de Visconti, Bertolucci et Bellocchio interrogent l’histoire de l’Italie et plus largement la question du Politique dans une mise en scène de l’Intime, à travers les quêtes, passions et destins de héros problématiques incarnés magnifiquement par Burt Lancaster, Alain Delon, Jean-Louis Trintignant, Roberto Herlitzka, Claudia Cardinale, Dominique Sanda, Giovanna Mezzogiorno, Maya Sansa…

Ces quatre films témoignent – chacun à travers son écriture propre - de la croyance de leurs auteurs dans le pouvoir dramatique et poétique de l’image cinématographique et nous donnent à partager intelligence politique et émotion esthétique. Rappelons que « Le Guépard » de Visconti est une magistrale adaptation du roman de Giuseppe Tommasi di Lampedusa « Il Gattopardo », que « Le Conformiste » de Bertolucci est inspiré du roman de Moravia « Il Conformista » et que le scénario de « Buongiorno notte » est tiré du livre « Il prigioniero » témoignage écrit par Anna Laura Brighetti qui a été membre des Brigades Rouges.

 


Projection du film "Orlando Ferito", vendredi 13 mai à 20h30, en collaboration avec le cinéma Utopia de Bordeaux et l'association du cinéma indépendant pour sa diffusion (ACID), en présence du réalisateur Vincent Dieutre.


 

VINCENT DIEUTRE - né en 1960 , Prix du jury au FID Marseille en 2000 pour "Leçons de ténèbres" ; Prix du jury à Locarno en 2001 pour "Bonne Nouvelle" - est un réalisateur atypique qui explore un territoire cinématographique entre documentaire et fiction à travers des films qui sont des journaux intimes, des récits de voyages, des quêtes initiatiques, des pérégrinations existentielles, esthétiques et politiques. "Leçons de ténèbres" en 2000 et "Mon voyage d'hiver" en 2003 ouvraient le cycle des "Films d'Europe"et exploraient déjà "l'inconscient européen -culturel , sexuel ou politique sous l'angle de la subjectivité la plus radicale".

Avec ORLANDO FERITO sorti en décembre 2015 - et inédit à Bordeaux -, Vincent Dieutre clôt magnifiquement ce cycle. Dans ce journal de voyage en SICILE, Vincent Dieutre part en quête de" la survivance des lucioles" dont Pasolini dénonçait la disparition dans l'Italie de 1975 : au travers des lieux,  au fil de ses rencontres sensuelles et intellectuelles,  Vincent Dieutre dit son amour de ce pays et du peuple italien, des fragiles et tenaces formes de résistance qui s'inventent aujourd'hui dans ce "laboratoire de l'Europe" qu'est l'Italie.
De Palerme à Catane en passant par Lampédusa, ce film à la 1ère personne nous révèle ce que le cinéma peut faire de l'expérience de la beauté, comment il peut passer - et nous faire passer - de l'émotion sensuelle à la méditation politique, comment il peut partir du singulier pour aller vers le collectif.
La beauté et l'émotion naissent aussi du spectacle des PUPI - les fameuses marionnettes de MIMMO CUTTICHIO - qui jouent le drame d'ORLANDO FERITO - "Roland blessé" - dont le texte écrit par Camille de Tolédo et  Giulio Minghini dit l'exil et les combats de Roland dans l'Europe catastrophique d'aujourd'hui.

Dans ORLANDO FERITO, Vincent Dieutre filme les lieux, les gens, leur donne la parole et à travers son propre itinéraire nous livre la beauté retrouvée des images et des idées. Elles nous donnent à croire que Roland peut vaincre encore et que ce monde peut être réenchanté.

YANN KILBORNE - maître de conférences à l'Université Bordeaux Montaigne, directeur du Master "Production, Création, Images" - présente le film et s'entretient avec Vincent Dieutre. 

 

 


Manifestation sur Alda Merini. 1er mars, 19h, au Forum de Talence. Conférence et lectures.


"Alda Merini est une comète, un météorite qui n'aurait jamais atterri sur terre, mais l'aurait frôlé de si près, que les êtres sur cette terre en ressentiraient au fond d'eux-même la douleur eternelle..." (Dom Corrieras)
 
Alda Merini est née à Milan le 21 mars 1931. A quinze ans, elle publie ses premiers poèmes et, un an après, elle est internée dans un hopital psychiatrique. En 1951, Eugenio Montale demande à l'editeur SCHEIWILLER d'inclure deux de ses poésies inédites dans "Poetesse del Novecento". Après la naissance de sa première fille, elle sera à nouveau internée jusqu'en 1972 avec quelques retours en famille pendant lesquels naissent trois autres enfants. Après une période chaotique où la maladie lui laisse peu de répit, elle recommence à écrire en 1979. Ses textes intense et dramatiques réunis dans Terra Santa lui valent le prix Montale en 1993. Alda Merini est morte le 1 novembre 2009 à Milan. Elle est considerée comme l'une des plus grandes poétesses du XX siècle. (source : "De Délire amoureux", traduction de Patricia Dao, préface Flaviano Pisanelli).
 
 

La manifestation commencera par une conférence de Flaviano Pisanelli "Les plus belles poésies s'écrivent sur les pierres, hommage à Alda Merini".

Flaviano Pisanelli (Rome, 1973) est maître de conférences en Études Italiennes à l’Université Paul-Valéry de Montpellier. Membre de l’Équipe d’accueil LLACS (Langues, Littératures, Arts et Cultures des Suds) de Montpellier, poète et traducteur, il a publié un grand nombre d’études autour de l’œuvre de Pier Paolo Pasolini et d’autres auteurs italiens du XXe et XXIe siècle (Ungaretti, Montale, Quasimodo, Tondelli, Bufalino, Merini, Scalesi, etc.). Ses recherches les plus récentes se focalisent sur l’étude de la poésie italophone de la migration (G. Hajdari, B. Serdakowski, V. L. de Oliveira, etc.) ainsi que sur l’émigration italienne en Tunisie (XIXe et XXe siècles).

Parmi ses publications, nous citons :

Flaviano Pisanelli, In poesis nomine. Onomastique et toponymie dans « Le Occasioni » d’Eugenio Montale et « Trasumanar e organizzar » de Pier Paolo Pasolini, Grenoble, ELLUG, 2008 ;

Flaviano Pisanelli, Alfonso Campisi (édit.), Mémoires et contes de la Méditerranée. L’émigration sicilienne en Tunisie entre XIXe et XXe siècles / Memorie e racconti del Mediterraneo. L’emigrazione siciliana in Tunisia tra XIX e XX secolo, Tunis, Éditions MC, 2015 ;

Pier Paolo Pasolini, Les  Terrains. Écrits sur le sport, traduit et préfacé par Flaviano Pisanelli, Paris, Le temps des cerises éditeurs, 2012.

La manifestation se poursuivra par des lectures de poème d'Alda Merini, en langue italienne, de Luciana Sigismondi (orignaire de Trévise et membre d'une compagnie de théâtre amateur de Bordeaux). Ils seront présentés par Claudia Buratti (avocate italienne passionnée de littérature et d'histoire de l'art) et Sefania Graziano (présidente de l'association), et mis en musique au bugle par Andrea (élève de l’École de Musique de Talence).


L. Sigismondi

Sono nata il ventuno a primavera, A tutte le donne, Le donne del sud

Blue Bolero (Abdullah Ibrahim)

La mia poesia è alacre come il fuoco, I poeti lavorano di notte

My Funny Valentine (Rogers/Hart)

L'arte della follia, Laggiù dove morivano i dannati

Misty (Erroll Garner)

Io non ho bisogno di denaro, Ascolta il passo breve delle cose, Il mio passato

Graceful Touch (Tord Gustavsen)


C. Buratti
 
 

Présentation de la Semiramide de Rossini par Paolo Olmi. 10 mars, 19h00, au Forum de Talence, en collaboration avec Emilia Romagna Concerti.


Nous avons connu Paolo Olmi à Bordeaux lors de la présentation du Barbiere de Siviglia à l’Opéra. Nous l’avons revu à Ravenna lors de notre voyage de groupe où il nous a accueillis avec beaucoup d’attentions. Nous le retrouverons à Bordeaux à l'occasion de la présentation de Semiramide de Gioachino Rossini. Un joli parcours et une belle amitié avec un homme d’une grande culture, d’un dynamisme extraordinaire et pourtant d’une grande simplicité. 

 

Rencontre avec Enzo Cucchi. Le 19 septembre à11h au CAPC de Bordeaux.


Enzo Cucchi est né à Morro d'Alba, un village dans la province d'Ancone, en 1949. 

Jeune, il a travaillé comme restaurateur de tableaux et de livres et a commencé à peindre sans suivre des cours. Il s'est interessé aussi à la poésie et a publié un recueil de poèmes : "Il veleno è stato sollevato e trasportato". Sa première exposition a eu lieu à Milan en 1977 et ensuite, il a exposé dans différentes villes italiennes et étrangères : Cologne, New Jork, Bilbao, Tokyi, Dusseldorf, Buenos Aires. Il a participé à la Biennale de Venise, à la Biennale de Paris et à celle de San Paulo. 

Il a été un des protagonistes du mouvement de la "Trans-avant-garde" italienne des années '80

 

 


Immigration : histoires de rencontres, littérature et cinéma.

Le 6 novembre à Talence.


Aujourd'hui, nous nous sentons tous touchés par la tragédie de l'immigration. La photo du petit Aylan "couché" sur le rivage d'une plage turque, nous a bouleversé et a fait réagir "a chaud" nos politiciens et l'opinion publique. Mais jusqu'à quand cette agitation va-t-elle durer? Et surtout, quand apprendrons-nous à être clairvoyants et à anticiper les événements ? Peut être que, dans quelques semaines, tout tombera dans l'oubli jusqu'au prochain "Naufrage Spectaculaire" car des morts, même des enfants, il y en a tous les jours dans la Méditérrannée.
Les Italiens, par leur position géographique, ont été souvent en première ligne face aux phénomènes migratoires et ils ont montré presque toujours une grande dignité et humanité. L'association Notre Italie, depuis longtemps, a senti le besoin d'aborder le sujet sans faire des polémiques mais par la poésie, celle du cinéma et de la littérature, capables de percer même les méandres les plus sombres de l'être humain.
 

Présentation du livre "Immigrato" en présence de l'auteur Mario Fortunato, vendredi 6 novembre à 17h30 à la librarie Georges de Talence.
 

Mario Fortunato est né à Ciro en Calabre. Il a travaillé comme critique littéraire pour l'hebdomadaire italien L'Espresso. Il a été membre de la Commission pour le Cinéma Italien du Ministère de la Culture, fondé le festival du Théâtre Italien de Naples et dirigé l'Institut de la Culture Italienne de Londres. Il a été le directeur de la la fondation Antonio Ratti, et dans The Guardian et Le Monde. Il écrit actuellement pour Süddeutsche Zeitung et est membre de la Conseil d'Administration de la fondation Isherwood.

Il a écrit de nombreux livres parmi lesquels I giorni innocenti della guerra et Italia degli altri. Il est aussi traducteur (Mohamed Chouki, Guy de Maupassant, Evelyn Waugh, Patrick White).

 

 

 

Projection du film "Le village de carton" de Ermanno Olmi, vendredi 6 novembre à 19h00 au cinéma Gaumont de Talence.

Le film sera suivi d'un débat en presénce de deux acteurs : Michael Lonsdale et Leon Samuel Leroy

Italie du sud. Une église qui vient d'être désacralisée. Le vieux prêtre (Michael Lonsdale) reste seul avec son désarroi et ses doutes. Un groupe d'immigrés clandestins se refugie dans l'église. L'heure des conflits et des interrogations essentielles est venue.

Ermanno Olmi pose un regard d'humaniste et d'artiste sur la question de l'immigration et de toutes les exclusions. Son film-parabole audacieux bouleverse par sa dramaturgie magistrale, la composition picturale des images, la beauté des éclairages, la mise en scène de l'humanité même des hommes - de leurs visages, de leurs paroles affrontées...

Michael Lonsdale interprète - ou plutot incarne - magnifiquement toute la complexité de son personnage revolté et tourmenté. Un acteur au sommet de son art.

Michael Lonsdale naît le 24 mai 1931 à Paris. Après un détour par la peinture, il se destine à la carrière d'acteur et reçoit l'enseignement de Tania Balachova dans les années 1950. Il apparaît pour la première fois au cinéma en 1956 dans "C'est arrivé à Aden". Dans les années 1960 et 1970, il collabore avec Jean-Pierre Mocky qui le met en scène dans "Snobs !" (1961), "La Grande Lessive" (1968) ou encore "Chut" (1972) mais aussi avec Gérard Oury ("Le Crime ne paie pas" en 1962). Il se spécialise dans les films d'auteur et tourne avec les cinéastes de la nouvelle vague tels que François Truffaut ("La Mariée était en noir" en 1967), Jean-Luc Godard ("British Sounds" en 1969) ou Louis Malle ("Le Souffle au cœur" en 1971). À la fin des années 1970, il apparaît dans India Song de Marguerite Duras, puis dans des films à gros budget. On le voit ainsi dans "Moonraker" (1979), "Les Chariots de feu" (1981) ou "Le Nom de la rose" (1986). A partir des années 1990, l'acteur se consacre à la mise en scène au théâtre avec notamment "Comédie, Catastrophe, Pas" de Samuel Beckett.

Il apparaît dans "Les Vestiges du jour" (1993) et "Nelly et Monsieur Arnaud" (1995). Parallèlement, Michael Lonsdale prête sa voix à de nombreux documentaires, films d'animation et livres audio. Dans les années 2000 on le retrouve dans les films de ses vieilles connaissances tel que "Le Furet" de Jean-Pierre Mocky, ou dans les productions hollywoodiennes comme "Munich" de Steven Spielberg.

En 2011, il reçoit un César pour son rôle dans "Des hommes et des Dieux", puis il est à l'affiche des "Hommes libres". Il tourne ensuite dans "Gebo et l’Ombre" de Manoel de Oliveira, "Le Renard jaune » de Jean-Pierre Mocky", "Le Village de Carton" de Ermanno Olmi et "Maestro" de Léa Fazer en 2013.

 

Leon Samuel Leroy est né à Montego Bay, Jamaïque, en 1956. Il vit à Rome avec sa femme italienne et ses trois enfants. Grand amateur de musique, surtout Reggae, il travaille beaucoup dans ce secteur. Mais, il n’est pas seulement musicien. Après des études en pédagogie, il a enseigné dans son pays avent d’émigrer en Europe : Angleterre, Espagne et Italie. 

Il aime travailler pour le cinéma et, actuellement, il joue le rôle d’un cardinal dans un film du metteur en scène Paolo Sorrentino.

 

 



Année 2014/15


 


Le sud de l'Italie en images, musique et saveurs, du 14 au 16 avril à Talence et à Gradignan


C'est un petit voyage en Italie du sud que nous vous proposons tout au long de ces journées. Un voyage pour se laisser importer, mais aussi pour avoir un regard différent.

 

Mardi 14 avril à 18h00 à la bibliothèque de Talence

Vernissage de l'exposition "La Sicile secrète " en présence du photographe Ferrante Ferranti.

Entrée libre, le vernissage sera suivi d'un apéritif italien.

Né le 13 janvier 1960 en Algérie, d'une mère sarde et d'un père sicilien. Photographe voyageur, il est engagé depuis trente ans avec Dominique Fernandez dans une exploration commune du baroque et des différentes strates de civilisations, de la Syrie à la Bolivie en passant par la Sicile et Saint-Pétersbourg. Ses photographies dialoguent avec les textes de l’écrivain, qui le définit dans l’album Itinerrances (Actes Sud, 2013) comme « l’inventeur d’un langage qui relie le soleil aux ruines, en quête du sens caché sous les formes ».  

 

Mardi 14 avril à 20h30 au cinéma Gaumont de Talence

Projection du film "Anime Nere" de Francesco Munzi.

Le film est librement adapté du roman éponyme de Gioacchino Criaco. Il est présenté en sélection officielle au festival international du film de Venise en 2014. Sur une terre où les lois du sang et le sentiment de vendetta ont encore le pas sur le reste, on assiste à l'histoire d'une famille criminelle calabraise : une vengeance qui commence en Hollande, passe par Milan et prend fin en Calabre, sur les pentes de l'Aspromonte, où elle a aussi ses causes.Le film sera suivi d'un échange entre le public et Stefania Graziano enseignante d'italien. Entrée payante : 5 €.

 

 

 

Mercredi 15 avril, découverte des saveurs du Sud au restaurant La Toscane (Calabre, Pouilles et Sicile), 20h30, 46 rue du Pas st Georges à Bordeaux, 25€ vin compris, réservation au 06 68 14 26 33

 

Jeudi 16 avril à 20h30 à l'Ecomusée du vin et de la vigne de Gradignan

Musiques du sud de l'Italie avec le groupe Télamuré. Entrée payante : 12 €, rééservation au 06 68 14 26 33

Trois musiciens de l’Italie du Sud, trois spécialistes de la tarantella qui ramènent dans leurs spectacles les ambiances, la spontanéité, l’ivresse des fêtes populaires de leurs terres. Ils mélangent, d’une façon très naturelle, leurs histoires, leurs chansons et leurs instruments, et à partager ce très riche répertoire de chants, de musiques et de danses originaires de leurs régions. Loin du concept de musique folklorique, le répertoire traditionnel s’enrichie naturellement de la créativité et des expériences des musiciens, qui le colorent avec leurs différentes personnalités et leurs nombreux instruments.


 

Manifestion organisée avec les soutiens de :

      

 


Projection de la docu-fiction "Sono nata viaggiando" , vendredi 12 décembre à 19h15 en présence de l'écrivain Dacia Maraini et du réalisateur Irish Braschi.


Cette manifestation est organisée au cinéma Jean Eustache de Pessac

Dacia Maraini a mené une vie de voyages et de rencontres comme le souligne bien cette docu-fiction de Irish Braschi, produite par Francesco Bizzarri et Emanuele Nespeca en collaboration avec Rai Cinéma. Les pensées et les souvenirs de l'écrivain, narrés par la voix de Maria Pia Di Meo, sont enrichies par des extraits historiques de l'Institut Luce et par des photos et film inédits de Dacia Maraini. Un portrait intime avec la musique suggestive de Teho Teardo qui, en 2009, a remporté le David de Donatello pour le film "Il Divo".

Autrice de romans à caractère social, de poésies, de pièces de théâtre, d'essais et même de contes pour enfants, Dacia Maraini est traduite aujourd'hui en plus de 20 langues. En 1990, elle remporte le prix Campiello avec "La lunga vita di Marianna Ucria", en 1999 le prestigieux prix Strega avec "Buio" et, en 2012, le prix Campiello pour l'ensemble de sa carrière. Parmi les autres oeuvres, il faut citer : "Bagheria", "Dialogo di una prostituta con un suo cliente", "Isolina", "La nave per Kobe", "Il treno dell'ultima notte", "Voci".

Irish Braschi, après un MASTER de scénariste, a travaillé avec de nombreux auteurs dans le cinéma et dans la publicité (Paolo Virzi, Bill Fertick, David Kellog, Francesco Nuti) avant de se lancer seul comme metteur en scène et scénariste. Parmi ses oeuvres, il faut citer : "Senza parole", "L'incontro", "I believe in miracles" avec Spike Lee, "E poi venne il silenzio", "Lettera da Madras", "Io sono nata viaggiando".

          

 


Rencontre avec le traducteur de Ascanio Celestini, Christophe Mileschi, le 5 décembre à 18h30 au café de Georges à Talence. Un apéritif italien cloturera cette rencontre.


Manifestation organisée par Lettres du Monde  en collaboration avec la librairie Georges et Notre Italie.

  

 


Franca Jarach et Marie-Anne Erize, deux jeunes femmes, deux parcours, deux destins dans l'Argentine des années 70, vendredi 7 novembre à 18h30 au Forum des Arts et de la Culture de Talence


Manifestation organisée au Forum des Arts et de la Culture de Talence par l'association Notre Italie , le comité des Jumelages, la librarie Georges et avec la participation de l'association Tangueando, et sous le patronage de l'Ambassade de la République Argentine en France.

Quel est le lien entre Vera Vigevani Jarach, une femme italienne de 84 ans émigrée en Argentine dans les années 30 pour fuire les lois raciales, et Philippe Broussard, rédacteur en chef du services "Enquêtes" du magazine Express ? La mort de deux jeunes filles, deux parmi de nombreux jeunes qui, pendant la dictature argentine, ont été soustraits à leurs familles et portées disparues. L'une était Franca Jarach, jeune étudiante qui à l'époque avait 19 ans, et l'autre Marie-Anne Erize, modèle française vivant en Argentine avec sa famille.

Vera, comme les mamans de Plaça de Mayo, se bat pour connaître la vérité et pour préserver la mémoire de sa fille. Chaque année, elle quitte sa maison en Argentine pour se rendre en Europe où elle tient des conférences et des rencontres. 

Philippe, après dix ans d'enquête acharnée et méticuleuse, a écrit un très beau livre qui,  montre non seulement ses grandes qualités de journaliste d'investigation mais revèle aussi une profonde sensibilité.

 

 

  

 


A l'initiative de l'association Notre Italie, présentation du dernier livre de Michela Marzano "Tout ce que je sais de l'amour" à la librarie Mollat le vendredi 17 octobre à 18h00


"Se non avessi attraversato le tenebre, forse non sarei la persona che sono oggi. Forse non avrei capito che la filosofia è sopratutto un modo per raccontare la finitezza e la gioia." Michela Marzano.


                                                                                     Crédit photo : Francesca Mantovani

Professeur de philosophie morale à l'Université Paris Descartes et directrice  du département des Sciences Sociales, Michela Marzano a été elève à l'Ecole Normale Supérieure de Pise tout en suivant des cours de philosophie et bioéthique de l'Université La Sapienza de Rome.

Elle travaille dans le domaine de la philosophie morale et polithique et montre en grand intêret vers la fragilité de la condition humaine.

Actuellement, elle est députée dans la liste PD au Parlement italien

 



Année 2013/2014



 

Rencontre avec l'historien Jacques de Saint Victor à l'occasion de la sortie de son dernier livre, les Antipolitiques, le 23 mai à 18h, à la librairie Georges de Talence.

Jacques de Saint Victor est professeur, historien et journaliste (sa biographie).

 

 

 

Rencontre avec l'écrivain Andrea Bajani samedi 5 avril à 10h00 au café de Georges à Talence autour de son dernier livre "Me reconnais-tu ?"
 

La biographie d'Andrea Bajan sur wikipedia.

L'article de Sud-Ouest.

 

 

Conférence sur le massacre d'Aigues Mortes en présence de l'écrivain Enzo Barnabà à la librairie Georges de Talence, le 13 février. A la fin de la conférence, chansons sur l'émigration avec deux musiciens italiens, Alan Zamboni et Angel Luis Galzerano.
 

Le Massacre des Italiens d'Aigues-Mortes est une suite d'événements survenus les 16 et 17 août 1893, à Aigues-Mortes (France), ayant conduit au massacre de travailleurs italiens de la Compagnie des Salins du Midi, par des villageois et des ouvriers français. Les estimations vont d'une dizaine de morts (officiellement 8) à 150 morts (selon la presse italienne de l'époque), ainsi que de nombreux blessés, victimes de lynchages, coups de bâton, noyade et coups de fusils. Cet événement est aussi l'un des plus grands scandales judiciaire de l'époque, puisque aucune condamnation ne sera jamais prononcée (source wikipedia).

L'écrivain Enzo Barnabà présentera son livre "mort aux Italiens" .
Alan Zamboni et Angel Luis Galzerano (lien 1, 2, 3) que nous avons déjà rencontrés à l'occasion d'un concert sur Van Gogh mettrons en texte et musique la fin de cette manifestion avec un spectacle musical littéraire Di qui e d’altrove di Angel Luis Galzerano, Fotostoria di un’emigrazione.

 

Quiz musical en collaboration avec le Conservatoire de Bordeaux et le clarinettiste Richard Rimbert, le 18 janvier à 17h30 au magasin Bordeaux Piano, 57 cours d'Albret à Bordeaux. Nombre de places limité, sur réservation uniquement.

C'est une rencontre autour des petits mots italiens qui caractérisent le style d'un morceau (andante, allegro, con anima, pomposo, sentito, sfumato, etc.), un regard croisé sur l'interprétation que chacun peut en faire : musiciens, élèves du conservatoire, amoureux de la langue. Plus d'une heure de musique avec des extraits de La Clémence de Titus (Mozart), l'Italiana in Algeri (Rossini), L'elisir d'amore (Donizetti), Disco Tango (G. Connesson), Uet medley, La Bohème (Puccini), Idomeneo (Mozart), La clemenza di tito(Mozart). Les classes de clarinette (R. Rimbert) et de chant (Maryse Castets, Sharon Coste) du conservatoire ainsi que Guillaume Flamen (piano) interviendront lors de cet après-midi musicale animée par Audrey Fernandez (élève du Pôle d’Enseignement Supérieur de Musique de Bx).

La rencontre sera clotûrée par un apéritif autour de produits italiens.

     

 

Fête de noël, le 19 décembre, 18h30, salle Jacques Brel, Villenave d'Ornon.

Comme chaque année, un moment de convivialité entre adhérents de l'association.

 

Voyage culturel à Ravenna (lien vers le journal local de Ravenna), du 7 au 11 décembre 2013.

L'association a organisé un voyage culturel à Ravenna, à l'occasion du concert de Noël dirigé par le chef d'orchestre Paolo Olmi. Cinq jours autour de cette manifestation : rencontre avec Paolo Olmi, présence à la répétition générale, discussion avec les musiciens, découverte de la ville, de son histoire, de ses mosaïques et de ses restaurants.

   

 

Seconde journée consacrée au massacre de Sant' Anna di Stazzema (Toscane) le 21 nov. 2013, 15h30, au musée d'Aquitaine : Sant’Anna di Stazzema, un procès, cinquante ans après, pour établir les responsabilités d’un terrible massacre nazi en Italie.

A l'initiative de l'association Notre Italie, en collaboration avec le Centre Jean Moulin de Bordeaux et l'association Dante Alighieri, une seconde journée autour du massacre de Sant' Anna, village toscan martyr des nazis, est organisée au musée d'Aquitaine le 21 novembre 2013.


Sant’Anna di Stazzema est un petit village toscan qui, à la fin de la deuxième guerre mondiale, fut presque entièrement anéanti par la folie nazie. Plus de 500 personnes, principalement femmes, enfants et vieillards, restés chez eux certains que rien ne pouvait leur arriver, périrent sous les grenades et tirs de mitraillettes. Puis, le hameau, pourtant situé dans une zone classée blanche, c’est à dire épargnée par les combats, fut incendié.

En 2005, grâce au travail acharné du procureur Marco De Paolis et aux témoignages des survivants qui à l’époque des faits étaient des enfants, le tribunal militaire de La Spezia a condamné à la prison à perpétuité dix anciens soldats nazis, jugement confirmé en appel et en cour de cassation. La conférence portera donc sur les aspects judiciaires, la difficile reconstitution des événements, l'attribution des responsabilités et les motivations qui ont entraînées le massacre.

Les intervenants sont :

Marco De Paolis : Procureur du tribunal militaire de Rome et président de l’association des Magistrats Militaires Italiens. Il a dirigé le parquet militaire de La Spezia de 2002 à 2008 où il a instruit plus de 450 procès de crimes relatifs à la deuxième guerre mondiale.

Carlo Carli : homme politique, il a été élu à la Chambre des députés en 1994, 1996 et 2001. C. Carli s’est beaucoup investi pour la promotion de la culture et du tourisme en Italie. Il est président de la fondation Centro Arte Visivo di Pietrasanta et fait partie, depuis 2012, du Conseil d’Administration de l’Accademmia di Belle Arti di Carrara.

Claudia Buratti : avocat, nièce de victimes du massacre de Sant’Anna di Stazzema, elle a fait des études de droit à l’Université de Pise. Elle a été diplômée avec un mémoire portant sur le massacre de Sant’Anna.

Simone Tonini : Journaliste et publicitaire depuis 2005. Il est responsable de la communication pour le Parc National de la Paix de Sant’Anna de Stazzema.

Mario Marsili : survivant du massacre. A l’époque des faits, il avait six ans et a survécu grâce au courage de sa mère Genny Bibolotti Marsili.

Celle manifestation a aussi été le lieu de la rencontre symbolique de Mario Marsilli, survivant de ce massacre et de Robert Hébras, survivant d'un épisode aussi tragique à Oradour-sur-Glane. Les articles des journalistes Jean-Paul Vigneaud (Sud-Ouest) et Philippe Broussard (L'Express) ont relaté cette journée importante pour notre mémoire collective (art1, art2, art3, art4).

   

 

 



Année 2012/2013



 

Fête de fin d'année en collaboration avec l'association Tutti Pazzi di Teatro, le 26 juin, 20h, salle du domaine Saint Georges, Villenave d'Ornon.
 

 

Présentation en Italien du livre "L'ultimo quadro di Van Gogh" par Alan Zamboni au théâtre La Pergola de Bordeaux Cauderan le 24 avril à 20h30. Manifestation proposée en collaboration avec l'association Dante Alighieri.

 

Il favoloso mondo di Vincent, Van Gogh en images, musique et paroles.

 

Alan Zamboni
piano et voix

Angel Galzerano
guitare

Mercredi 24 avril à 20h30

Au théâtre La Pergola
Bordeaux Cauderan

Entrée libre
Vente des programmes

Un voyage unique entre musique et paroles. Un Van Gogh raconté au travers de chansons inspirées par sa vie, de lectures tirées de sa correspondance et de la projection en images de ses tableaux et des lieux où son art s’est développé. Une façon originale de découvrir un peintre en se laissant transporter à l’intérieur de son monde fascinant et poétique.

Alan Zamboni est l’auteur des textes et de la musique. Il a écrit pour Infinito Edizioni Greci solo ritorno en 2008 et L’ultimo quadro di Van Gogh en 2010. Il s’est occupé de la bande originale du spectacle de théâtre Al di qua del caos. Il a travaillé avec de nombreux musiciens de jazz.

Récompensé au prix international de poésie Nosside et Age Bassi et au concours international de narration Guido Gozzano, il a reçu en 2012 la mention spéciale du concours InediTo.

Depuis plusieurs années il travaille avec Antonio de Robertis, un des plus grands experts internationaux de Van Gogh. Ensemble ils ont réalisé un essai de recherche présenté au musée Van Gogh d’Amsterdam.

Angel Luis Galzerano est né à Montevideo d’une famille d’origine italienne. Il est chanteur compositeur, guitariste, charanguiste et compositeur de bandes originales. Depuis son arrivée en Italie, il a crée de nombreux groupes de musique sud-américaine : Voces de America, Canto libres, Essenza. Il a composé des bandes originales pour des documentaires de Rai International et Rai 3. Depuis quelques années il travaille avec le milieu scolaire sur des projets interculturels et des concerts didactiques.
 


Cliquer sur l'image pour voir la video de la présentation du projet.

 

Participation au Village Européen à Bordeaux, les 4 et 5 mai, 10h-19h, placette de Munich, quai Louis XVIII à Bordeaux.

 

Fête de Noël de l'association, le 6 décembre à la Pergola (Bordeaux Caudéran) : théâtre, musique, lectures et dégustation.

Au programme de cette fête de fin d'année :

- une courte pièce de théâtre en langue italienne, proposée par l'association Tutti Pazzi di Teatro : Sherlock Barman de Stefano Benni. C'est l'histoire d'un barman qui connait la vie et les secrets de ses clients, et les anticipe même ! L'histoire commence quand, un jour, un de ses clients arrive dans son bar pour noyer ses chagrins d'amour...

- Lecture de textes et dialogues autour de quelques musiques de films de compositeurs italiens (La Strada, 8 et 1/2, La vie est belle, Le Parrain, Cinema Paradiso, Le bon la brute et le truand, il était une fois dans l'ouest). Les extraits seront joués par Sébastien Brebbia, professeur de trompette de l'école de musique de Talence qui participe à différents orchestres de la région et au delà (symphonique, brass band, quintet, etc.). Il nous fait l'amitié de participer à cette soirée et de préparer deux de ses élèves de ses classes de trompette et d'orchestre d'harmonie pour l'accompagner (Andrea, trompette, et Stéphane, saxophone baryton). Les morceaux seront entrecoupés de lectures de Christiane et de dialogues lus par Pierre et Stefania.

- dégustation de Panettone, Asti, Moscato de Sicile.

 

Journée consacrée au massacre de Sant' Anna di Stazzema (Toscane) le 28 nov. 2012 (programme pdf).

A l'initiative de l'association Notre Italie, en collaboration avec le Centre Jean Moulin de Bordeaux et l'association Dante Alighieri, une journée autour du massacre de Sant' Anna, village toscan martyr des nazis, est organisée au musée d'Aquitaine le 28 novembre 2012.

Après la chute de Rome en juin 1944 et afin de stopper l’avancée des alliées en Italie, les Allemands mettent en place une ligne de fortifications, la Ligne Gothique. Elle allait de la Versilia, au nord de Pise, en Toscane, jusqu’à Pesaro sur la mer Adriatique, en passant par les Apennins. A l’époque, Sant’Anna, un lieu dit de la commune de Stazzema situé près de cette ligne de fortification, avait été classé « zone blanche » c’est à dire autorisée à accueillir des réfugiés et épargnée des combats. Les gens y vivaient paisiblement, mais le matin du 12 aout 1944, la folie nazie s’abattit sur eux : 560 personnes, en particulier des femmes, des vieillards et des enfants furent massacrés et brulés sans aucune pitié. Après de longues années de silence, l’ouverture d’un procès à La Spezia a permis la condamnation à la réclusion à perpétuité de dix anciens SS qui avaient participé aux événements. Voici le détail du programme de la journée :

14h : conférence, "Sant'Anna di Stazzema, un village toscan martyr des nazis", par Michele Silicani, maire de Stazzema et président du comité Martyrs de Sant'Anna (traduction simultanée en français)

15h15 : projection du documentaire "E poi venne il silenzio" (Puis vint le silence), 55 min (sous-titrage du documentaire réalisé par l'association)

16h30 : débat et témoignages

 

Rencontre avec le chef d'Orchestre Paolo Olmi (lundi 17 septembre).

A l'occasion de la représentation du Barbier de Séville par l'ONBA, nous avons la chance de proposer aux adhérents de l'association une rencontre avec le chef d'orchestre Paolo Olmi. Il nous parlera de cet opéra en le situant dans son contexte historique, puis nous assisterons à une séance de répétition de l'ONBA. Rendez-vous sur les marches de l'opéra, lundi 17 septembre à 17h45 (sur réservation car le nombre de places est limité). Rencontre avec Paolo Olmi de 18h à 18h30, répétition de 18h30 à 19h30.

 

 



Année 2011/2012



 

Dino Buzzati : un homme, des œuvres… Conférence de Delphine Gachet, en collaboration avec la librairie La Machine à Lire, le 27 mars 2012 à 18h à la librairie.

Dino Buzzati (1906-1972) figure parmi les grands noms de la littérature italienne et européenne de notre XX° siècle ; il est assurément un des maîtres du fantastique moderne. La vie de Buzzati est tout entière placée sous le signe de l’écriture : il mène de front deux carrières, celle de journaliste au grand quotidien milanais Il Corriere della Sera et celle d’écrivain. Mais ces deux activités ne font qu’une pour lui tant elles se nourrissent l’une de l’autre. Journaliste, écrivain, Buzzati est aussi peintre et dessinateur, illustrateur de certains de ses livres. Cet homme aux talents multiples est l’auteur d’une œuvre littéraire caractérisée elle aussi par la diversité : Dino Buzzati est auteur de romans, de nouvelles, mais aussi de poésies, de contes pour enfants, de nombreuses pièces de théâtre, de livrets d’opéra, d’un singulier  roman-bande dessinée…

Quelle que soit la forme choisie, Dino Buzzati s’est toujours rangé, délibérément et obstinément, du côté de l’imaginaire, du merveilleux, du fantastique. Ses textes nous font pénétrer dans un monde en tous points semblable au nôtre mais où pourtant il y a comme une fêlure, quelque chose d’infimement mais d’infiniment dérangeant. C’est par cette fissure que l’auteur nous fait accéder à la dimension mystérieuse du réel.

Au centre de l’œuvre de Dino Buzzati se trouve l’Homme, ses angoisses, ses incertitudes, ses peurs. Cette méditation sur la fuite du temps sur la fatalité du destin, sur l’absurdité de la condition humaine, chez Buzzati passe par un art de raconter sans pareil, qui tisse la trame de récits au climat envoûtant. Ce que Marcel Brion appelait « l’univers inquiet de Dino Buzzati ».

Delphine Gachet est maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux III. Elle a soutenu une thèse de doctorat en littérature comparée sur les nouvelles fantastiques françaises et italiennes du XX° siècle.

Lectrice passionnée de Buzzati, elle est devenue spécialiste de cette œuvre à laquelle elle a consacré de nombreux travaux. Depuis plusieurs années elle s’occupe de l’Association des Amis de Dino Buzzati dont la vocation est de diffuser, de faire connaître et d’étudier l’œuvre de l’écrivain italien. Pour les éditions Robert Laffont, elle a choisi et présenté les textes rassemblés dans le deuxième volume des Œuvres de la collection « Bouquins ». Elle a également traduit deux volumes de nouvelles de Buzzati inédites en France publiés dans la collection « Pavillons » : Nouvelles inquiètes (2006), Nouvelles oubliées (2009). Une troisième traduction sera publiée l’an prochain.

 

Aspettando natale. Mardi 13 décembre à 19h00 à la salle Jacques Brel à Villenave d'Ornon.

Une soirée de musique, jeux et échanges autour de quelques spécialités de Noël. 

 

 



Année 2010/2011



 

Après-midi de musique et paroles au Wine bar samedi 28 mai à 17h30

 
Un groupe de 4 jeunes musiciens italiens présenteront le livre "L'ultimo quadro di Van Gogh". La musique clôturera cette rencontre. Possibilité de diner au Wine bar.
 

Cliquer sur l'image pour voir la video de la présentation du projet.

 

Théâtre, Cie Tutti pazzi di teatro, salle Melies, Villenave d'Ornon, 13 mai 2011, 20h.
 

Une représentation théâtrale aura lieu le vendredi 13 mai à la salle Melies à Villenave d'Ornon. Les comédiens, brillants et passionnés, apprennent la langue italienne par le biais du théâtre à l'Université du Temps Libre. Les cours sont dispensés une fois par semaine par Stefania Graziano. Cette année au programme trois sketchs de Stefano Benni, Il sogno del muratore, Sherlock barman, Fratello bancomat, et une comédie de Dario Fo, Sotto paga, non si paga.



-- Entrée 5€, réservation auprès de l'association Notre Italie (par chèque). Achat possible des billets le jour de la représentation --

Forum des arts & de la culture de la ville de Talence, 5 mars 2011

Le but de la manifestation organisée par le Forum de Talence est de faire découvrir un visage différent de la Calabre à travers les clichés de Stéphane Glockner pris en Locride (exposition du 5 au 19 mars 2011) et une rencontre organisée samedi 5 mars à 15h. Stefania Graziano, présidente de l'association et enseignante d'italien, présentera cette région peu connue à travers la littérature et la musique (l'affiche de l'annonce la manifestion)